5 février 2019 +

L’ABC du sablage-vernissage de plancher

retour au blogue

Si l’hiver on profite de la chaleur et du côté douillet que nous offre notre maison, c’est aussi pendant cette période qu’on constate l’usure de notre plancher et que nous prend l’envie de lui donner un petit coup de fraîcheur. Quand un nettoyage en profondeur ne suffit plus à lui redonner un lustre qui dure plus de quelques minutes ou que vous n’arrivez plus à fermer les yeux sur les égratignures laissées par les enfants, il est temps de penser à donner une deuxième vie à votre plancher de bois franc!

Pour ce faire, vous n’avez pas nécessairement besoin de sortir les outils et commencer à l’arracher! Le plancher de bois franc est un des rares matériaux qu’on peut restaurer, offrant une durée de vie prolongée et donc une empreinte environnementale limitée.

Préparation

Avant le passage de nos spécialistes, il vous faudra libérer complètement l’espace. Il ne peut évidemment pas rester de meubles ou d’objets sur la surface à sabler et vernir puisque le vernis prend un certain temps à sécher, et y déplacer des meubles abimerait le produit. Comme nos experts ne peuvent pas simplement contourner ces meubles, prévoyez absolument leur trouver de la place ailleurs : un autre étage, le garage, dehors si la température le permet, etc.

Si autrefois on devait sortir tous les vêtements et vider les armoires de nourriture, les produits d’aujourd’hui sont beaucoup plus adaptés, donc laissez tout cela dans la maison sans inquiétude.

Pendant les travaux

La première étape sera celle qui crée le plus de poussière : sabler le plancher en place afin d’en retirer tout vernis ainsi qu’une fine couche de bois. Comme c’est principalement le vernis et cette couche en surface qui sont usés, on revient alors au bois, brut et lisse.

Après avoir aspiré la poussière et autres dépôts qui pourraient s’y trouver, il est temps d’appliquer la finition. Si vous avez opté pour une teinture, ce sera la première application. Vous avez ensuite le choix du vernis ou de l’huile.

Le vernis : nous recommandons des produits à base d’eau, qui sont clairs, flexibles, jaunissent peu et sont non-toxiques, en plus d’être résistants, comme ceux de Finitec. 3 couches seront appliquées pour un fini durable. Selon votre préférence et pour le même prix, la même résistance et le même entretien vous avez le choix du lustre, soit semi-lustre ou mat.

L’huile : fini définitivement mat et très chaleureux, l’huile offre une usure des plus discrètes. De plus, elle permet des retouches locales subtiles et une restauration sans sablage dans l’avenir. Il faut l’entretenir avec les bons produits qui lui sont spécifique et s’assurer de nourrir l’huile pour une finition durable. 2 couches au total seront appliquées : l’huile imprégnante contenant la couleur que vous aurez sélectionnée et l’huile de finition.

On a mentionné plus haut une certaine poussière. Bien que la quantité soit très raisonnable, surtout comparativement à ce qui se voyait il y a quelques années, n’hésitez pas à demander le service sans poussière! Un système d’aspiration est alors utilisé à la source (photo ci-contre), réduisant considérablement les particules restantes !

Après les travaux

En terminant les travaux, nos experts examineront le travail avec vous pour s’assurer que tout est à votre goût. Bien que nous tâchions de faire le meilleur travail d’emblée, s’il y a quoi que ce soit mentionnez-le, car c’est le moment idéal pour les retouches! Nous vous laisserons aussi quelques consignes pour préserver votre investissement.

Le fini, autant le vernis que l’huile, requiert un certain temps de cure :

  • 24h avant de circuler en marchant sur votre plancher
  • 48h avant d’y remettre les meubles
  • 20 à 30 jours avant le maximum de dureté. Ce qui veut dire que pendant ce temps de cure, le vernis est plus facile à marquer et à brûler (par exemple, en glissant des objets lourds)

Et ensuite ? Il ne vous reste qu’à profiter pleinement de cette nouvelle vie que vous venez de redonner à votre plancher grâce à nos spécialistes expérimentés !

Myriam Fournier
retour au blogue